Résurgences (titre provisoire)

création 2021 pour l’espace public
trio chorégraphique suspendu par cordes et élastiques
durée estimée : 50 minutes
spectacle de nuit / sortie prévue en juin 2021

 

Et là-haut c’est comment?

solo
création 2019 jeune public
durée: 15 minutes
sortie: mai 2019

 

 

L’Entre

solo (à 2) suspendu
création 2018 pour le plateau
durée: 37 minutes

 

 

DISTENSIONS

création 2018 pour l’espace public
duo chorégraphique suspendu par élastiques
durée: 28 minutes

 

 

 

3SOLI

Solo chorégraphique suspendu
création 2017

 

 

Au bout…

Solo
création 2016
commande du CCNT
15 minutes

 

 

Éphémère(s)

Duo chorégraphique suspendu
création 2015
34 minutes

 

 

————

RÉSURGENCES   (titre provisoire)

création 2021 pour l’espace public
trio chorégraphique suspendu par cordes et élastiques
durée estimée : 50 minutes
spectacle de nuit / sortie prévue en juin 2021

 

Note d’intention

le temps laisse sur nous ses traces, imperceptiblement,
Il nous marque, nous impacte.

Ayant comme point de départ les saisons et les sensations qui s’y rattachent,
‘RÉSURGENCES’ est un voyage en accéléré du printemps à l’hiver,
comme pour résumer une année en 40 minutes.
Une année de vie et de marques laissées par les moments vécus, le temps passé.

Nous partirons du printemps, du commencement,
pour ensuite continuer sur l’été et la pleine vigueur de la vie,
puis l’automne viendra avec son apparent déclin
et l’hiver suivra comme une mise en veille.
Un 5e tableau, un nouveau printemps, viendra clore l’expérience,
comme une renaissance, une boucle bouclée,
en prenant le temps d’un état des lieux,
pour mieux recommencer, continuer.
Mais pas de la même manière,
en prenant une forme très légèrement différente,
parce que quelque chose aura changé,
nous aurons changé…

————

Et là-haut c’est comment?

solo
création 2019 jeune public
durée: 15 minutes
sortie: mai 2019

 

Partant d’une demande de Laurent Duval, Directeur des affaires culturelles de la communauté de communes de Ploërmel, ‘’Et là-haut c’est comment ?’’ est conçu pour être jouer lors des récréations des enfants en école primaire.

Un objet coloré est posé dans la cour au moment de la récréation. Dans cet objet : une personne…

D’abord cabane et abri ou lieu de réconfort, la structure devient très vite un terrain à découvrir et à conquérir, à maitriser et à réinventer. Le personnage va peu à peu s’affranchir des contraintes, prendre confiance, naviguer entre haut et bas, entre l’intérieur de l’objet, lieu de repos et de sureté, et l’extérieur ou les défis l’attendent afin d’accéder en haut de la structure et ainsi s’affirmer.

L’enfant, via le personnage, y verra un défi : affronter sa peur pour accéder au sommet de la structure, devenir grand, conquérant, adulte.

‘’Et en haut c’est comment ?’’ est un moment d’intimité, un jeu, un espace de liberté, une confidence, un rêve éveillé.

D’un format court, 15 minutes, ‘’Et là-haut c’est comment ?’’ n’est pas un spectacle mais une proposition artistique destinée à attirer, étonner, questionner les écoliers sans imposer.

Par cette pièce, Séverine BENNEVAULT CATON explore la hauteur autrement, sans accroches.

Elle crée un parallèle entre une prise de risque physique, le fait d’être en hauteur sans sécurité, et celle psychique, se lancer dans la vie, grandir, sans savoir ou l’on va ni ce que la vie nous réserve .

La prise de risque reste très minime, la structure ne mesurant qu’un mètre de haut, mais elle suffit à donner le change par le biais de l’écriture chorégraphique.

Chorégraphie et interprétation: Séverine BENNEVAULT CATON
musiques : Peder, Saint Germain, Macé Parker
Scénographie: Séverine BENNEVAULT CATON
Production : À Fleur d’Airs
une commande de Ploërmel communauté (56)

 

————

L’ENTRE

solo (à 2)

duo chorégraphique suspendu contre-balancé
création 2018 pour le plateau
durée: 37 minutes
1ere le 9 novembre 2018

Note d’intention

Une personne et une machine reliées par une corde.
La machine a le pouvoir de modifier le cheminement de la personne, voir même de lui faire quitter le sol.
Symboliquement, l’ensemble corde-machine représente ce qui est écrit, établi. Il est à l’origine du chemin à suivre. C’est un guide invisible.
À l’inverse il dicte aussi le « droit chemin » duquel on ne peut se détourner sous peine de sanctions.
Il représente aussi les aléas de la vie et les embuches qu’elle peut comporter.
On pourrait y voir les déboires d’un individu à vouloir contrôler son destin.
D’une manière plus globale, »L’Entre » traite de l’inexorable, de l’inéluctable, et interroge sur la liberté de l’individu dans notre monde actuel et sa capacité à pouvoir faire ses propres choix.

Être ramener inexorablement au même endroit :
L’aplomb de la corde, le centre de l’espace
Comme un retour non désiré, subi
Comme une attirance, un chant de sirènes
Entre volonté et lâcher prise
Entre vouloir et laisser faire
S’échapper pour mieux revenir
S’enfuir pour être ramené au centre
Centre de l’espace,
Centre de soi
Là où est notre place
Là où les autres veulent que nous soyons
Là où nous sommes sans le savoir
Là où je dois être

Chorégraphie: Séverine BENNEVAULT CATON
avec l’étroite collaboration de Olivia CUBERO

Interprétation: Séverine BENNEVAULT CATON et Olivia CUBERO
Lumières : Jean Marie LELIÈVRE
Musique : Olafur Arnalds, Nils Frahm, Ryan Davis, Alice Sara Ott
Production : À FLEUR D’AIRS
co-productions : Centre Chorégraphique National de Tours/direction Thomas Lebrun
Avec le soutien de la Cie les alentours rêveurs et de l’Abéïcité / Abbaye de Corbigny
Aide à la création : la transverse – Espace de création – Corbigny

Production réalisé grâce aux soutiens de la Ville d’Amboise (37), la ville de TOURS-LABEL RAYONS FRAIS création+diffusion (37), le département d’Indre et Loire (37) et la Région Centre-Val de Loire et avec le concours du ministère de la culture – DRAC Centre-Val de Loire.

résidences : CCN de Tours (37), le théâtre La Pléiade à La Riche (37), le théâtre Beaumarchais à d’Amboise (37), l’université François Rabelais-salle Thélème (37), l’Abéïcité / Abbaye de Corbigny (58), La Transverse (58), le centre culturel de Saint Pierre des Corps (37)

———————

DISTENSIONS

création 2018 pour l’espace public
duo chorégraphique suspendu par élastiques sur structure auto-portée
durée: 28 minutes

Deux êtres que tout rapproche,
tellement identiques qu’on pourrait les confondre,
vivent à côté l’un de l’autre sans se connaître,
sans même se voir.
Ils n’ont aucune conscience qu’ils partagent le même espace, le même territoire.
Leur routine est bien huilée.
Ils font les mêmes choses sans s’en douter.
Jusqu’ici tout va bien.
Puis survient L’ACCIDENT.
Une erreur d’aiguillage, un grain de sable dans l’engrenage.
Ils se voient pour la première fois,
surpris de trouver l’autre sur son chemin.
Là où la machine réparerait le problème et reprendrait là ou elle s’était arrêtée,
Comment vont réagir ces 2 personnes,
Seront-elles capables de cohabiter maintenant qu’elles savent que l’autre est là ?

Chorégraphie: Séverine BENNEVAULT CATON
avec l’étroite collaboration de Olivia CUBERO
Interprétation:: Olivia CUBERO et Séverine BENNEVAULT CATON
Musiques: Higher Intelligence Agency & Biosphere, Brandt-Brauer-Frick, Nils Frahm, Olafur Arnalds & Alice Sara Ott
Production: À FLEUR D’AIRS
projet accueilli par le 37e Parallèle à Tours
et soutenu par la Ville d’Amboise et la DRAC Centre-Val de Loire

———

3 SOLI

solo chorégraphique suspendu sur structure auto portée
création  2017
25 minutes

 

3 soli c’est une partition chorégraphique en suspension,
écrite en fonction de 3 ambiances musicales,
extrêmement différentes les unes des autres.
3 soli c’est une partition chorégraphique en suspension,
jouer 3 fois sur 3 musiques représentatives de leur temps,
pour amener le spectateur à s’interroger sur la relation musique-mouvement,
sur l’influence du sonore sur le visuel.
3 soli est un essai sur l’interaction entre le mouvement dansé et la musique,
pour mettre en exergue à quel point le même mouvement peut changer de signification à cause, ou grâce, à son accompagnement sonore.
À quel point ce que nous voyons est influencé par ce que nous entendons.

Chorégraphie et interprétation: Séverine BENNEVAULT CATON
Musiques: Frédéric CHOPIN, Led ZEPPELIN, Nils Frahm & Anne MÜLLER
Production : À FLEUR D’AIRS

—————–

AU BOUT…

solo
création 2016
commande du CCNT
15 minutes

 

Pour la deuxième année consécutive, le Centre Chorégraphique National de Tours propose à une danseuse et chorégraphe de la région Centre-Val de Loire d’imaginer pour le Festival « Tours d’Horizons » une courte pièce qui puisse voyager en dehors des lieux consacrés à la danse. Le choix de Thomas Lebrun, directeur du CCNT, s’est tourné cette année vers Séverine.

À Fleur d’Airs proposera donc un solo d’une quinzaine de minutes, au sol cette foi, comme un essai chorégraphique introspectif, une métaphore spatiale du long chemin sinueux qui mène à l’hypothétique connaissance de soi.

Chorégraphie et interprétation: Séverine BENNEVAULT CATON
Musique: SCANNER
Production : À FLEUR D’AIRS
Commande du Centre Chorégraphique National de Tours

 

——————–

ÉPHÉMÈRE(S)

Duo chorégraphique suspendu sur structure auto portée
création 2015
34 minutes

 

Un trio pour deux danseuses et une structure

L’immense sculpture est posée au sol, des toiles légères sont tendues à l’intérieur, comme un cocon, un microcosme fragile où vont évoluer deux entités, sorte de jumeaux entièrement reliés l’un à l’autre, dépendants l’un de l’autre, se mouvant dans l’apesanteur de cet univers.
L’espace restreint devient très vite exigüe, insuffisant.
Repousser les frontières de ce monde et tenter de s’émanciper de l’autre devient une nécessité.
L’espace originel se fissure, se déchire, éclate.
Chaque mouvement d’un corps fait écho à celui de l’autre puis vient se répercuter sur la structure mise à nue, comme une vibration, une empreinte.
Cette dernière plie sous les contraintes exercées, se tord, fait rebondir les corps, les éjecte dans l’espace.
Ces deux êtres devront apprendre à apprivoiser leur nouvel environnement, tenter de s’approprier cet habitat réactif et ainsi s’en jouer, s’en servir pour atteindre un fragile équilibre, une certaine sérénité.

 

Chorégraphie: Séverine BENNEVAULT CATON
avec l’étroite collaboration de Olivia CUBERO
Interprétation: Olivia CUBERO et Séverine BENNEVAULT CATON
Musiques: Nils Frahm, Aes Dana, Arvo Pärt, Brant-Brauer-Frick
Scénographie: Séverine BENNEVAULT CATON
Production : À FLEUR D’AIRS
projet accueilli en résidence/mise à disposition par le pOlau-pôle des arts urbains
Mécénat : Patrick Rimoux, sculpteur lumière